Skip to content

rentrée explosive

31 août 2008

Eh oui, au Caire le sénat brûle (voir précédent post), mais les enseignants égyptiens eux, explosent (de colère) et le font savoir depuis plusieurs semaines déjà. Hier ils étaient sous mes fenêtres, devant le ministère des finances, et distribuaient plusieurs tracts d’information à l’opinion publique.

Les enseignants dénoncent d’abord avec force ce qu’ils appellent la « mascarade des examens cadres » qu’ils ont subi la dernière semaine d’août : un million d’enseignants égyptiens étaient convoqués pour un test de leurs compétences. Cet examen difficile et que bon nombre – surtout ceux qui enseignent depuis des décennies-  ont trouvé humiliant, est l’astuce trouvée par le gouvernement pour faire semblant de tenir ses promesses concernant leur salaire : en 2005, durant la campagne électorale, Mubarak avait promis une augmentation de 150% sous condition.

Il est évident pour tous ceux qui savent lire un budget, qu’il n’y a pas le premier sous dans les caisses pour assurer cette augmentation aux 900 000 qui ont accepté de passer cet examen. Les abords des universités et autres centres d’examen ont donc commencé à gronder dès le 24 aout et le mouvement s’amplifie. D’autant que le seul syndicat enseignant officiel n’assure bien évidemment pas sa fonction : d’où la signature des tracts « harakat al-mu’alimyn bilâ niqâbat » (mouvement des enseigants sans -ou hors du- syndicat). Ce qui, ici, est l’annonce d’un véritable mouvement syndical. Mais aussi le signe que d’autres forces de la société égyptienne investissent le mouvement, ce que le nombre de barbus et quelques autres indices sur le blog du « comité de défense des droits des enseigants » laissent entrevoir.

Pendant que les enseignants manifestaient sur la voie transversale à celle qui est sur cette photo, leurs anciens élèves les attendaient au coin de la rue. Comme les manifestants n’étaient que quelques petites dizaines, ils ont sagement opéré une dispersion rapide, mais tout en assurant qu’ils reviendraient.

Il faut dire qu’avec un salaire de base de 300 guinées (40 euros) les enseignants de l’école publique égyptienne n’ont plus le choix : ils ne peuvent plus vivre de leur métier. Ils sont recrutés souvent avec un niveau moyen de formation mais surtout ne reçoivent aucune formation complémentaire. Il est assez incroyable dans ces conditions d’exiger d’eux, comme le fait leur ministre-adjoint Mustapha Abdel-Samie, « d’améliorer leur niveau ». La « nullité » -comme ils disent-  de leur hiérarchie ainsi que le mépris dont ils se sentent l’objet, ne peut que les pousser à rejoindre les autres mouvements sociaux. C’est en substance, la conclusion d’un autre tract, celui du « réseau des enseignants d’Egypte » :

« Aujourd’hui les enseignants égyptiens rejoignent les autres forces sociales dans leur combat pour des conditions de vie meilleure…et pour faire valoir nos revendications à travers nos droits légaux, constitutionnels et humains dans un combat progressif qui ne s’achèvera que lorsque nos revendications auront abouti. »

PS1 : les enseignants qui échoueront à l’examen n’auront bien sûr pas l’augmentation de salaire. S’ils échouent deux fois ils seront renvoyés à un emploi administratif encore moins bien payé et leur poste supprimé

PS2 : l’autre mesure éclairante de l’été est la suppression pure et simple de l’enseignement du dessin dans les écoles d’Egypte

2 commentaires leave one →
  1. Dan permalink
    10 septembre 2008 21:42

    J’aime bien la nouvelle formule graphique de ton blog, même si les caractères blancs sur fond sombre limitent la capacité de lecture des vieux yeux comme les miens.

  2. Dan permalink
    10 septembre 2008 21:35

    je comprends enfin les images que j’ai vues à la télé, à l’aéroport de Fès! Quelle misère!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :