Skip to content

révolution à Damas ?

30 juin 2008

Non, ce ne sont pas les étudiants syriens qui ont dépavé la rue droite. Pas de plage sous ces pavés-là. Pourtant c’est presque une révolution qui souffle sur Cham et les chantiers fleurissent à tous les coins -ou presque de la ville.

Rénovations urbaines, restauration de vieux quartiers mais aussi ouverture culturelle en partie autour de l’opération « Damas, capitale culturelle du Monde arabe » et en partie par une certaine « libéralisation » de la culture : autoriser l’initiative culturelle privée, dans un pays où elle était entièrement sous la coupe d’un état autoritaire, c’est un vrai coup d’air (et une des rares situations où le mot « libéraliser » dans son acception contemporaine, peut signifier « gagner en liberté »).

Du coup les spectacles se multiplient. On danse techno dans la citadelle, l’opéra accueille des spectacles contemporains et le quartier Sarouja où j’ai résidé se réunit à la « fraîche » sous la tonnelle pour rencontrer des écrivains, des poètes, des chercheurs en histoire qui travaillent sur les projets de restauration et alertent la population sur les différentes conceptions à l’œuvre dans l’opération.

Damas garde pour autant son âme : les découpeurs de courgette de la citadelle ont encore mis au point de nouveaux outils, Bakdash vend toujours ses délicieuses bousas et les fumeurs de narguilé se retrouvent à la terrasse du Nofara.

Mais le souk de Mednat Bacha est méconnaissable, la rue droite va le devenir, et les réaménagements de carrefours et des axes de circulation ont complètement transformé la ville.

Les syriens semblent pour beaucoup apprécier ces changements qui certes, ne vont pas jusqu’à ouvrir les portes des prisons, autoriser la presse indépendante et rétablir le droit d’association. Mais l’homme au grand cou a, malgré tout cela, le soutien d’une bonne part du peuple syrien, ce qui contraste largement avec les noms d’oiseau que reçoit son homologue égyptien. A l’augmentation exponentielle des inégalités en Égypte, la Syrie oppose une relative cohésion sociale. Sans parler de politique étrangère où la Syrie, avec toutes ses raideurs, est un des rares pays à résister effectivement aux injonctions américaines et à refuser la servilité qui gangrène tous les pouvoirs de la région.

Bref, quand on revient en Égypte et que l’airbus entame la traversée des 500 derniers mètres d’atmosphère soufrée, hydrocarburée et oxydedecarbonisée qui flotte au dessus du Caire, on se dit qu’on retombe dans le pot de chambre du capitalisme ; on en a tous les excréments, et pas le début de la liberté promise, alors que là-bas, tant que les bombes ne pleuvent pas, il y a peut être de l’espoir.

3 commentaires leave one →
  1. 20 juillet 2008 17:44

    La girafe c’est un joli petit surnom pour un lion.
    C’est drôle mais le souvenir que j’ai de la Syrie est vraiment différent, j’avais l’impression que la peur était palpable que je pouvais la toucher . Je n’oublierai jamais mon chauffeur qui a faillit s’étrangler parce que j’ai fait une réflexion, anodine , mais pas orthodoxe à propos de la sagrada familia . La syrie resistante, ça aussi me fait rire, les véhicules de l’armée en panne qui causent des bouchons ou les jeunes soldats qui poussent une voiture en panne sur l’autostrada. À l’époque ça me faisais dire que les syriens ne quittaient pas le Liban pas parce qu’ils veulent pas mais tout simplement parce que leurs véhicules ne pouvaient pas remontaient les pentes . Je préfère l’Egypte de loin, malgré tout on se raconte moins de salades en Egypte .

  2. bernard capdepuy permalink
    8 juillet 2008 10:43

    Assad est moins critiqué que Moubarak, est ce parce qu’il est plus apprécié ou parce que le régime syrien est plus répressif que l’égyptien ?

  3. pat l'expat permalink
    6 juillet 2008 8:26

    J’ai du rouvrir 4 fois ton blog pour lire ton post en entier !
    Y’a comme un petit spam qui apparait… et arrête Explorer tout net !
    (Mais ca valait le coup de rouvrir 4 fois🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :