Skip to content

Marcel Khalifa

20 avril 2008

Mardi dernier le parti Tagammo’ fêtait ses trente ans, ainsi que ceux de son journal « Al-Ahaly ». Ce parti est un parti de gauche, d’inspiration marxiste, laïc, et son président Rifa‘t al-Sa‘îd est très populaire ici. Il reste un des rares partis de gauche avec des représentants élus (2 députés, et 1 sénateur) même si leur nombre est en sérieux déclin. Profondément opposé au régime d’une part, et aux « Frères » d’autre part, ce parti et ses militants ont payé de leur personne un combat qui n’a rien de simple dans un pays ravagé par la misère et où les fondamentalistes surfent sur le désespoir.

Pour l’occasion, le Tagammo’ avait invité Marcel Khalifa, chanteur et joueur de oud libanais, chantre de la lutte des palestiniens et plus généralement du combat pour la liberté des peuples arabes. Khalifa a notamment mis en musique un grand nombre de poèmes de Mahmoud Darwish, dont celui qu’il chante sur la video que j’ai réussi à faire (en douce). Récemment invité au festival de Carthage avec Darwish justement, Marcel avait déclaré devant un parterre de ministres tunisiens « Je chante ce soir pour tous les arabes qui sont dans les prisons israéliennes, mais aussi pour tous les arabes qui sont dans des prisons arabes« …ce qui ne lui avait pas valu les félicitations de ses hôtes, malgré son titre d’ambassadeur de l’Unesco pour la paix…

Marcel Khalifa et ses musiciens élaborent une musique radicalement contemporaine, d’inspiration arabe bien sûr mais sans concession et très inventive. Il fait partie de ces musiciens qui ont choisi de ne pas s’endormir sur leur succès, même lorsqu’il est immense, et de réinvestir le crédit dont ils jouissent pour étonner les oreilles de leurs auditeurs. On peut en lire plus sur son site et écouter des extraits de son dernier titre « Taqassym » en ligne.

Pour la petite histoire nous étions un certain nombre à chercher des places pour ce concert depuis un mois. La colle des affiches l’annonçant n’était pas encore sèche qu’il n’y avait plus de places à vendre au siège du parti Tagammo’, près de Talaat Harb, où j’étais allée avec un ami. Tout était vendu et aucun piston ne permettait d’en dégoter. J’ai donc décidé une heure avant le concert de tenter ma chance devant l’Opéra en espérant une désaffection de dernière minute. Bingo : deux responsables du parti attendant un troisième m’ont refilé une place quand ils ont su que leur copain ne venait pas. En plus d’être très sympas, ces deux bonshommes qui avaient chacun quelques années de prison égyptiennes au compteur m’ont beaucoup appris sur leur parti et sur l’histoire contemporaine égyptienne.

One Comment leave one →
  1. 22 avril 2008 20:04

    Rifaat Said, populaire?!? Ce type est un des meilleurs allies du parti au pouvoir depuis belle lurette, en partie responsable de la sclerose du Tagammu. Beaucoup de jeunes gauchistes Egyptiens le detestent.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :