Skip to content

le métro

28 janvier 2008

metro1.jpgJe n’ai pas encore parlé de mon moyen de transport quotidien : bil-metro.

Comparé au parisien, il est plus large et ressemble davantage à un RER ; il est aussi incroyablement plus propre, si, si ! Ici personne ne pisse dans les escaliers, ni ne vomit son vin rouge…normal vous allez dire…Mais il n’y a même pas de papiers gras. Il faut avouer que les contrôles sont nombreux et sévères parait-il. Ce qui d’ailleurs pourrait servir de leçon pour le reste de la ville qui ressemble en bien des endroits, à un vaste dépôt d’ordures (il suffirait donc d’un peu de volonté politique pour que cela cesse).

L’avantage décisif du métro cairotte est surtout son incroyable rapidité pour traverser la ville de bout en bout (seulement dans deux directions, malheureusement). On met à peine plus d’1/4 d’heure pour aller du centre ville à Ma’adi tout à fait au Sud, alors qu’en voiture, on risque de passer plus d’une heure dans des bouchons quotidiens. C’est d’ailleurs assez incroyable que les cairottes ne l’utilisent pas davantage alors que le ticket est à une guinée (0,125 €). Comme chez nous, il y a encore des mentalités à faire bouger pour amener les gens à renoncer à leur bagnole.

La ligne 3 en construction est attendue avec impatience car elle ambitionne de délester les autres transports d’environ 5 millions de voyageurs, mais le réseau restera très sous dimensionné pour une telle ville !

Deux wagons dans ce métro sont réservés aux femmes. Entendez par là : seulesfemmes-seulement.jpg les femmes ont le droit d’y aller (mais elles peuvent aller dans les autres si elles le souhaitent) : le wagon de tête en permanence, et le deuxième wagon aux heures de pointe. Depuis le 1er janvier 2008 ces deux wagons ne sont plus en tête et ont été déplacés au milieu du train, avec une nouvelle signalétique. L’explication de ce changement a plusieurs variantes très drôles à comparer entre elles. La plus courante est la suivante : un accident a eu lieu à Helouan, la station terminus au Sud du Caire, en décembre dernier. Le traminot a oublié de freiner et a enfoncé la butée. La faute à qui ? La faute aux femmes – et aux sales mioches les accompagnant- qui faisaient un tel bazar dans la voiture de tête que le traminot en a perdu son self-contrôle ! Comme d’autres plaintes avaient été enregistrées allant dans le même sens, on a déplacé les wagons pour femmes au centre du train, où elles sont désormais bien encadrées par des gens responsables (les hommes).

Ce n’est pas moi qui vais me plaindre du changement. Je prends souvent ces wagons non pas pour fuir les égyptiens, qui sont fort sympathiques et courtois au demeurant. Mais parce qu’il y a beaucoup plus de places assises que dans les autres qui ressemblent, aux heures de pointe, aux mêmes boîtes à sardine que la ligne 13 vers 18h. Depuis le 1er janvier, je n’ai plus à courir en tête de train : les wagons sont pile poil en face des accès aux quais !

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :