Skip to content

L’anticaire

5 janvier 2008

28122007048.jpgA vivre au Caire, on finit par oublier qu’il existe des endroits sur Terre où les vapeurs d’hydrocarbure, les oxydes d’azote, le sulfure d’hydrogène, l’oxyde de carbone et la suie du diesel n’entrent pas normalement dans la composition de l’air, ou alors dans des proportions infinitésimales.

Des hauteurs de Peyragude où je suis allée respirer quelques jours,  une ville aussi monstrueuse est même tout à fait inimaginable. L’espèce humaine a des capacités d’adaptation phénoménales !

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :