Skip to content

en Egypte, y a pas que des choses bien

20 septembre 2007

Non, il y a aussi le consulat de France. Comme tous les services publics français, celui-ci a subi des coupes drastiques dans ses effectifs depuis quelques années. Résultat, pour s’enregistrer comme français à l’étranger et bénéficier d’un éventuel Transal de rapatriement si Bush se mettait à bombarder ici aussi (à moins que ce ne soit Olmert), il faut beaucoup de patience. D’abord il ne faut pas rater le créneau d’ouverture (10h00-12h30) plutôt serré. Ensuite comme vous venez forcément en dehors des horaires la première fois, c’est le planton qui vous précise ces horaires et vous conseille de vous renseigner par téléphone sur les pièces à fournir avant de revenir .

Mais cela s’avère être une véritable farce : « Bonjour, vous êtes en communication avec le consulat de France, si vous êtes français tapez 1, égyptien tapez 2…..pour une demande de visa taper 5, pour toute autre formalité taper 9, etc…etc…et quelque soit la solution choisie (je les ai toutes essayées) cela finit par « Veuillez laisser votre message et taper sur la touche * », immédiatement suivi de « Désolé, la boite vocale est pleine et nous ne pouvons prendre en compte votre message ».

Renseignements pris auprès des collègues et des compatriotes, vous finissez par apprendre que personne ne répond jamais au téléphone. Mais vous réussissez cahin-caha à reconstituer la liste des pièces pour vous entendre dire à l’arrivée (après quelques quarts d’heure d’attente) : « Vous avez un justificatif de domicile ? », ce qui, dans un pays où tout se paye de la main à la main, du loyer à la facture de gaz que l’on règle en laissant 4 guinées sur le palier, est particulièrement drôle. En outre ce matin, le préposé, fort aimable au demeurant, qui s’occupait de moi m’a fait répéter 10 fois que oui, j’habitais bien Mounira tout en étant prof à Ma’adi…ce qui lui semblait manifestement impensable.

Mais tout ceci n’est qu’anecdote comparé à ce que vivent les égyptiens qui viennent demander un visa pour la France. Là, une certaine « culture d’entreprise », que mon amie Jeanne a bien connu dans l’ambassade voisine de Damas, fait que le non respect est de mise : tutoiement, dossiers à la traîne, renvoi des quémandeurs jusqu’à l’usure… Bref, on n’est pas fier d’être français quand on entend les amis égyptiens raconter ce qu’ils ont subi…

dscf0080.jpg

En fait, il n’y a qu’une chose de bien à ce consulat, c’est qu’il est à deux pas de la place Talaat Harb, près de laquelle, coincé entre deux magnifiques maisons coloniales, se trouve un des plus sympas bar à chicha du centre ville.

De quoi se réconcilier avec l’existence, à défaut de ses compatriotes…

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :