Skip to content

Premières impressions de rentrée

3 septembre 2007

Une rentrée vraiment sympa dans ce lycée français du Caire. Premier contact avec des collègues qui n’ont pas grand chose à voir avec l’image stéréotypée de l’expat que nous avons souvent. D’abord très peu ont ce statut d’expat et la plupart sont des résidents comme je le serai dans 3 mois, ou des contrats locaux. Et surtout de nombreux collègues ont un(e) conjoint(e) égyptien ce qui d’emblée rend impossible une vie en vase clos comme on en voit parfois.

J’était attendue à bras ouverts par ma section syndicale qui est d’une efficacité redoutable : 36 syndiqués Snes sur 69 profs (en revanche très peu chez les instites), de nombreux locaux adhérents (ce qui n’est jamais gagné dans un pays où la culture syndicale est quasi inexistante), 100% des sièges dans les commissions d’affectation ce qui me doit d’être là puisqu’ils arrivent à imposer une diversité de statuts dans les recrutements donc la présence d’agrégés, ainsi que des salaires décents pour les locaux.

Des élèves qui sont pour moitié égyptiens pour moitié français auxquels s’ajoutent des enfants de diplomates d’un peu tous les pays francophones. Ceux qui sont égyptiens sont soit des enfants de riches égyptiens, soit des enfants d’égyptiens pauvres, qui ont commencé leurs études en France et qui partent en Egypte après avoir obtenu une bourse. Quant aux français ils ont en majorité des noms à consonnance arabe : ce sont souvent des enfants de couples mixtes, et qui semblent d’une grande diversité sociale. Vérification à partir de demain, mais on semble loin des caricatures !

Ajoutons à ça le fait que les collègues de physique et les agents sont très sympas, que l’on bosse d’emblée en équipe et dans des conditions plutot bonnes, voire exceptionnelles par rapport à certains bahuts français de ma connaissance : ma classe la plus chargée est la Terminale à 30 élèves (la 2de et la 5e à 22 !)…

Le dernier petit nuage sombre était ma paye pour ces trois premiers mois de contrat local, avant de passer en contrat de résidente avec l’aefe an 1er décembre. J’apprends que je vais toucher l’intégralité de ma paye de France, mais en brut au lieu du net, et par dessus le marché, nette d’impôts : la France considère que je paye mes impôts en Egypte, et l’Egypte ne prélève pas cet impôt (ce qui à vrai dire est proprement scandaleux : je ne sais pas combien de bourses on pourraient offrir à des petits égyptiens avec cet argent, mais surement un nombre conséquent, compte tenu du nombre de contrats locaux ici !).

Bon, mais on va pas bouder son bonheur, d’autant que je suis partie avec un léger trou sur le compte en banque et que j’ai laissé deux oisillons dans le nid…

Advertisements
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :