Skip to content

Femmes d’Egypte : la ligne rouge !

20 décembre 2011

« Benât, masr, khat ahmar » : mot à mot « filles d’Egypte, la ligne rouge ! ».

L’après midi avait commencé par un rassemblement devant le syndicat des journalistes, là où cette nuit déjà, des manifestants appelaient à se soulever contre les violences de l’armée.

Pendant ce temps, sur la place Tahrir, partiellement ouverte au trafic, des groupes se rassemblaient pour discuter, échanger les récits des derniers événements.

Les jeunes, qui ont conscience que tout le monde ne lit pas Facebook et Twitter, ont fabriqué des affiches faisant le récit des derniers événements pour informer à la fois les passants et les automobilistes qui, patiemment, se frayent un passage.

Quelques responsables politiques, certains fraîchement élus, ont fait le déplacement. Faciles à reconnaître : la cinquantaine dépassée, quand la plupart de leurs interlocuteurs ont moins de 25 ans. C’est une des contradictions du processus électoral en cours. Les jeunes ont fait la révolution, et les « vieux » se font élire sur la base des idéaux de celle-ci.

Et puis, vers 15h30, la place s’est remplie de groupes de femmes. Très vite, des hommes ont formé un cordon de protection autour d’elles, comme l’annonçait l’appel lancé sur Facebook cette nuit. Main dans la main, ceux-ci laissaient rentrer une à une toutes les femmes qui se glissaient à l’intérieur, et protégeaient de toute agression venant de l’extérieur. Durant toute l’après midi, ils ont encadré et accompagné cette manifestation grandiose, multicolore, multiconfessionnelle, multinationale.

La ligne rouge, c’est celle qu’ont franchie les militaires, en tabassant ces derniers jours des militants/tes, des passants/tes, des femmes de tous âges, sans la moindre stratégie de « communication » dirait-on aujourd’hui. En fait ils ont fait comme ils font depuis des années. Mais ils sont tellement sûrs de leur pouvoir éternel qu’il n’ont rien anticipé des conséquences de leurs actes. Tout juste ont-ils pensé – par réflexe identitaire-  à intimider des journalistes et à casser quelques caméras.

La ligne rouge c’est celle du tabassage de cette femme au soutien-gorge bleu que le monde entier a vu (merci aux reporters de Reuters) se faire massacrer par plusieurs soldats qui lui sautent sur le corps à coups de rangers et la frappent de façon ahurissante tout en lui arrachant ses vêtements. Elle semble avoir survécu et plusieurs femmes m’ont assurée que, cet après midi elle est sur la place, en abaya… donc difficile à reconnaître. Un des slogans les plus repris tout au long de ce cortège qui n’a cessé de grossir (au fur et à mesure, je pense, où les femmes ont été rassurées par la présence du service d’ordre) était : « les images sont plus crédibles que les discours », faisant allusion à la conférence du Scaf qui, hier soir, a déclaré ne pas avoir abusé de violences envers les protestants. « Ils mentent » dit la Une du journal brandi par de nombreuses manifestantes (ci-dessus, al-tahrir).

Les femmes du cortège sont de tous les milieux sociaux, de tous les âges, certaines portent le voile, d’autres pas. Quelques unes sont venues avec les enfants dans les bras. D’autres ont le bras en écharpe, comme Aya que j’avais déjà rencontrée dans d’autres manifestations. Elle me raconte qu’elle a été arrêtée vendredi soir, devant le Conseil des Ministres. Elle a été amenée à l’intérieur, dans les salles de torture dont un journaliste du Point a fait une description si saisissante il y a deux jours. Mais elle a eu moins de chance que Samuel Forey : passée à tabac (un bras cassé, une jambe très abîmée), elle a aussi subi la torture à l’électricité qui donne ce spectaculaire maquillage dont j’ai parlé dans un  post de février (voir ici). Les cernes violacés, claudiquant tout au long du défilé, et grimaçant chaque fois qu’un passant lui frôle le bras, Aya a tenu à rester jusqu’au bout, débordante d’énergie et relançant les slogans à tue-tête.

Lorsque le cortège remonte la rue Talaat Harb, tout le monde sort aux balcons. La plupart des gens comme ces employés d’assurance, montrent des signes évidents de soutien et félicitent les femmes.

« Enzil, enzil » (descends ! descends ! ) se mettent à crier les manifestantes. Un mot d’ordre que je n’avais plus entendu depuis le 25 janvier, et qui avait fait provoqué alors une augmentation exponentielle du nombre de manifestants. Le cortège remplit à ce moment là la rue Talaat Harb, de la place du même nom jusqu’à la place Tahrir. Le soutien de la population autour est spectaculaire. Les cœurs se gonflent, après tant de jours et de nuits d’horreurs. C’est comme ça en Égypte depuis la révolution : des semaines d’horreurs, et, parfois, des minutes de bonheur.

Les femmes enchaînent « Dis : n’aies pas peur (au féminin, ma tkhrafîch), les militaires partiront ».

Un autre slogan surgit : « Hommes d’Egypte vous êtes où ? Ces filles ce sont vos filles (femmes) ». Surprise je me le fais répéter par ma voisine : le possessif me défrise un peu, pas elle. Ni les hommes qui nous servent de cordon de sécurité qui le reprennent à perdre haleine.

Sur la rue Ramsès, ils repoussent quelques individus apparemment énervés. L’incident s’apaise vite et le cortège se retrouve devant le syndicat des journalistes, où d’autres manifestants attendent.

La joie des organisatrices est évidente. Il n’était pas gagné de faire sortir tant de monde dans la rue après les violences des jours passés. Les égyptiens/nes n’ont plus peur, c’est un détail qui a échappé aux généraux. Les manifestantes/ts sont maintenant plusieurs milliers et décident de repartir vers la place Tahrir.

Je pense à cette décevante manifestation du 8 mars dernier (voir ici) et je me dis que, parfois, l’histoire fait de sympathiques pieds-de-nez. Il serait bien déroutant, pour toutes les fées Carabosse qui se penchent actuellement sur le berceau de la révolution égyptienne, que celle-ci trouve une deuxième jeunesse grâce aux femmes… Comment intégrer cette affaire dans les schémas d’analyse ?

Le reste en images : rue Ramsès, la foule entonne la chanson bilâdy (mon pays) (voir ici), et un traveling sur la diversité des femmes, rue M Bassiouny horeyya (liberté !) puis « enzil » (descends !) (voir là).

13 commentaires leave one →
  1. Monique permalink
    22 décembre 2011 15:03

    Je diffuse dans mon réseau un lien vers cet article !
    Bravo aux femmes de tous les printemps arabes, c’est si difficile de tenir dans la durée !
    On vous envoie tout notre courage (ce qui est facile quand on est bien au chaud et tranquille, j’en conviens)

  2. josiane permalink
    22 décembre 2011 14:15

    J’aurais voulu être là ! En France c’est le silence !Je me demande où sont passées les soi-disantes féministes ! Pas d’appel à manifester en soutien aux femmes d’Egypte…trop occupées, ces dames à faire le tour des magasins. C’EST NOEL
    ps:: je rentre a la maison le 30 décembre

    La révolution se gagnera par les femmes

  3. samia ammour permalink
    22 décembre 2011 1:14

    je me permet d’expliquer la pancarte: que ta main soit coupé veux dire lève ta main ,ou précisément pas touche bas la patte quoi ,merci pour l’article et vive la mobilisation des femmes

  4. Zina permalink
    22 décembre 2011 0:24

    Femmes d’Egypte restez mobilisées et vigilantes nous sommes de coeurs avec vous.
    Merci pour cet article explicite.

  5. Veyssier Laurence permalink
    21 décembre 2011 22:27

    J’attends toujours avec impatience vos articles, toujours intéressants. Celui-ci est porteur d’espérance.
    Merci

  6. mynameismarjorie permalink
    21 décembre 2011 22:23

    Bravo à toutes ces femmes ! Il ne faut plus se laisser faire.

    M.

    http://quandjeseraigrandejeseraiactrice.wordpress.com/blog/

  7. snony permalink*
    21 décembre 2011 21:31

    J’ai rajouté les vidéos en bas de l’article.

  8. 21 décembre 2011 13:14

    C’est magnifique, ma frangine !

  9. 21 décembre 2011 7:46

    Les nouvelles de ce matin laisseraient penser que les « dirigeants » ont un peu « perdu la main » et que la pacifique détermination de nombreuses femmes inflige à ces mêmes « dirigeants » une gifle symboliquement forte… pour l’instant et seulement quant aux violences faites aux femmes.
    Merci pour cet article qui porte en lui une puissante onde d’espoir.

  10. bsaouter permalink
    20 décembre 2011 21:12

    Merci pour ce message d’espoir. Je sais combien de forces vives habitent l’Egypte, des femmes, des hommes, pacifiques et résolus face à la violence inutile, ils l’emporteront sur l’archaïsme d’un régime aux abois.

  11. 20 décembre 2011 21:11

    Merci! Serait-il possible d’avoir la traduction des panneaux brandis par les gens sur les photos?
    François NICOLAS

    • snony permalink*
      21 décembre 2011 17:16

      L’affiche tenue par le jeune au centre détaille les œuvres accomplies par l’armée : massacre du 9 mars (les jeunes torturés dans le musée), massacre du 6 avril, massacre devant l’ambassade d’Israël, massacre du premier jour de Ramadan, massacre de la place Abbasseya, massacre de Maspéro, massacre de la rue Mohamed Mahmud, massacre de la rue Qasr el-Einy, massacre à l’aube du 20 décembre » et se conclut en anglais par « to be continue ».
      Celle tenue par son voisin de droite a pour titre « la morale de l’armée » et détaille : « falsifier la vérité, entrer dans la mosquée en chaussures (la mosquée Makram où l’armée a pénétré pour détruire l’hôpital de campagne en début de semaine), incendier l’Institut (de Géographie), traduire les civils devant les tribunaux militaires, dénuder et tabasser les femmes, écraser les manifestants avec des blindés ».
      L’affiche tenue par une jeune femme au voile bleu dit : »amputation de ta main », sous-entendu religieux sans doute, genre « si c’est pas fait sur terre, Dieu le fera ».
      L’affiche en bas dont le début et la fin sont coupés s’adresse à l’armée :  » Officier de l’armée de mon pays : je descends (dans la rue) pour la liberté de mon pays. Tue moi, tabasse moi, dénude moi, je me draperai du sang de mes sœurs martyres ».

      • 21 décembre 2011 18:01

        Un très grand merci pour cette traduction : il est précieux de comprendre exactement ce que les Égyptiens se disent entre eux par panneaux en arabe.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 120 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :