Aller au contenu principal

Deux nouvelles

10 décembre 2011

Eh oui, la bonne, et la mauvaise !

Je me dépêche d’annoncer la bonne, qui a été noyée dans un fatras d’informations mondiales, plus désolantes les unes que les autres. Elle mérite pourtant qu’on s’y attarde quelque peu. Le deuxième tour des élections législatives qui vient de s’achever, certes pour seulement le tiers des gouvernorats d’Egypte, a été marqué par un échec cuisant pour les salafistes, au Caire notamment. Certes, les bureaux de vote situés dans les pays du Golfe ont atténué l’effet… Certes, c’est souvent au profit des Frères musulmans que le report s’est produit (80 sièges obtenus sur les 168 en jeu au total). Mais ne boudons pas notre plaisir.

L’entre deux tours a été marqué par des déclarations tonitruantes et il faut bien l’avouer effrayantes des salafistes, notamment de proches et de candidats du parti "el-Nour" (le si-bien-nommé parti de "la lumière") : dénigrement de l’oeuvre de Naguib Marfouz, qui inciterait à la débauche et la prostitution, mise en cause de la mixité dans les lieux publics, demande d’interdiction de la vente d’alcool, de libéralisation du port du voile, mise en cause de la notion même de démocratie, j’en passe et des meilleures. A tel point "décomplexées",- comme dirait Nicolas-, ces déclarations, que les responsables de ce lumineux parti ont enjoint à se taire de toute urgence ces porte-paroles un peu trop spontanés.

C’est un peu comme si en France, Marine Le Pen, gonflée par ses 20%, annonçait entre les deux tours qu’elle allait interdire l’avortement, rétablir la peine de mort, reconduire à la frontière tous ceux qui n’ont pas 4 grands parents franco-français et supprimer l’enseignement de la Shoah des manuels d’Histoire. L’effet a été immédiat, et il montre que le peuple égyptien a quelques ressorts que l’analyse globalisante (et donc, fausse) d’un raz de marée "islamiste" ne permet pas de mesurer.

Les conséquences des déclarations, notamment celles de Hazem Abu Ismaïl, prêcheur salafiste ("indépendant") devant l’Eternel, et de Abdel Monem Al-Chahhat, candidat officiel, ont obligé les Frères à se démarquer de ce qu’il faut bien appeler de l’obscurantisme (pour rester poli) ; d’autant que les deux partis se retrouvaient en opposition dans plusieurs circonscriptions. Dans de nombreux endroits, des alliances avec des libéraux, voire même avec des coptes, ont permis aux Frères de remporter la mise.

La démocratie, la vraie, c’est à dire d’abord le débat d’idées, faisait peu à peu son effet.

Et patatras, la mauvaise nouvelle la voilà : Le Scaf annonce une modification de la règle du jeu en cours de jeu. Le conseil consultatif chargé de rédiger la prochaine constitution, qui devait émaner de la nouvelle assemblée, sera finalement constitué de personnalités choisies par le Scaf himself. L’idée en soi, de faire un conseil représentatif de la diversité de la société n’est pas mauvaise. L’annoncer maintenant, une fois les résultats sortis des urnes, s’apparente à un coup de force qui n’est pas sans faire penser au scénario algérien.

Bien évidemment, les partis islamistes reconstruisent ipso facto une unité de fer, pour s’opposer à ce déni de démocratie. Bien évidemment, la décision du Scaf apparaît comme largement téléphonée depuis outre-atlantique. A ce titre, elle est capable de mettre tous les égyptiens dans la rue pour soutenir d’une seule main… les composantes islamistes mises à l’écart, au nom de la démocratie bafouée. On avance, on avance.

Bravo le Scaf. Merci Obama. C’est rigolo de s’amuser comme ça avec le sort des peuples.

On avait déjà reçu les gaz de combats dans les poumons. Cinq dockers du port de Suez ont été arrêtés il y a deux semaines pour avoir bloqué une cargaison supplémentaire en provenance des US.

Une autre odeur va commencer à se répandre, sauf si, malgré son enfoncement dans une crise économique sévère, le peuple égyptien arrive à désamorcer ces nouvelles cartouches. Faudra qu’il soit vraiment balaise.

Les photos de graffitis qui illustrent ce papier ont été prises ces derniers jours, sur la place Tahrir, au pied du Mogamma, le hideux bâtiment administratif qui ferme son côté Sud. La place est depuis la fin des événements de novembre fermée à la circulation, alors qu’elle ne rassemble qu’une poignée de gens divers et variés … Un pourrissement organisé ?

-

Post-scriptum

Abou el-Kacem Chebbi, éternel jeune poète tunisien mort en 1934, a écrit une adresse Aux tyrans du monde. Un extrait est en incipit du passionnant ouvrage "Dictateurs en sursis", livre d’entretien de Vincent Geisser avec Moncef Marzouki (le probable futur président tunisien), réédité depuis peu aux éditions de l’Atelier (idée cadeau pour les fêtes).

Doucement ! Que ne te trompent pas le printemps

La clarté de l’air et la lumière du jour

Dans l’horizon vaste, il y a l’horreur de la nuit

Le grondement du tonnerre et les rafales du vent

Attention ! Sous la cendre, il y a des flammes

About these ads
7 Commentaires leave one →
  1. ggrun permalien
    12 décembre 2011 17:54

    Encore merci

    et merci d’avoir élargi le cercle

    cercle vertueux mérite de s’élargir

  2. Martinez permalien
    12 décembre 2011 15:03

    Oui, très bon travail d’analyse avec des pointes d’humour que je partage également afin que mes proches puissent avoir des pistes pour suivre les évenements. C’est ma fille Marie G. au Caire qui m’a fait connaître votre blog. Claire

  3. 12 décembre 2011 14:13

    "largement téléphonée depuis Outre-Atlantique" …. Hélas !!!!

    Quand-même, croire à la Bonne Nouvelle :o) – les Egyptiens ont fait preuve de bon sens, pas toujours dans la joie et la bonne humeur ! – depuis plus de 5000 ans, ils vont continuer.

    Bonnes Fêtes aux alentours …
    Claire/Zénobie

  4. rimless permalien
    11 décembre 2011 14:34

    Tout ça est magnifique, les liens super intéressants (quel boulot !) mais la question est : où suis-je ?
    Qui écrit ?
    Qui êtes-vous ?

    • snony permalien*
      11 décembre 2011 21:57

      C’est vrai que je n’ai mis aucune présentation de ma pomme sur ce blog. Sans doute parce qu’au départ, il était destiné au cercle restreint de mes proches. Chemin faisant, le cercle s’est beaucoup élargi… ce qui donne du sel à l’aventure mais fait aussi naître des exigences. Vous avez raison de m’interpeller là-dessus. J’ai donc rajouté ce qu’on appelle un "gravatar" (quel affreux mot, on dirait une maladie), en bas à droite.

  5. martine permalien
    10 décembre 2011 23:48

    c’est un vrai bonheur de vous lire !! merci pour ces articles que je partage avec plaisir

  6. Eric permalien
    10 décembre 2011 22:46

    Vous écrivez bien, et, "le beau, c’est parvenir à l’adéquat".

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 119 followers

%d bloggers like this: